A ta Graisse, Kat !... oups, Grèce

28 janvier 2010

Des nouvelles bien fraiches en 2010

Allé allé je sais, elle ne tient pas ses paroles,Kat.
Elle n'écrit pas régulièrement, mais pas toujours l'inspiration.  Non, non pas d'excuses bidon .... tu es une grosse flemmarde.
Bon, je reprends mon clavier et ma souris pour vous faire un topo de la situation actuelle.

De retour des vacances en France (super bonnes vacances, intense en émotion, merci à vous), nous voici à quatre dans la maison.
Et oui, Baptiste et Artémis ont fini leur contrat et Steven a fini son SVE.
Oh bah ça fait sacrément bizarre, une chambre vide et il manque le tas de bordel de Baptiste dans ma chambre.  Ces trois mois de vie communes avec eux ont été super riches, intéressants, marrants et nous nous sommes faits des "adieux" digne de ce nom: 2 grosses fiesta et un dernier repas (poulet grillé) succulent.

Donc le retour, n'a pas été simple après 15 jours avec Thomas se retrouver sans lui n'est pas facile.
Mais il y a Dany le portugais, Ingrid la belge (...) et Eli l'espagnole pour remonter le moral. Ah oui, vous ne connaissez pas Eli. Elle est arrivée en décembre le 7, je crois. Elle est dans ma chambre. On s'entend bien, même super bien. On rigole tout le temps ensemble. Dora au bureau nous appelle les jumelles car on est toujours entrain de dire ou faire des bêtises. Tout cela fait du bien et donne de l'énergie pour rester un peu plus.

Il y a aussi Marie, la française, qui est arrivée le 11 janvier, hihihi c'est le "bébé" lol. C'est la plus jeune de la Xani, elle a 21 ans. Mzlle est discrète mais à toujours le mot de la déconne, on va pas s'ennuyer, c'est moi qui vous le dit.
Et puis jamais 5 sans 7 personnes à la Xani. Il y a deux techniciens de WWF qui font une étude sur la présence du chacal dans la région. Ils sont là du 12 au 30 janvier. Plus les visiteurs, la Xani c'est vite remplie et la bonne humeur aussi.

Concernant le boulot , je suis "verte de terre" car le searching qui devait se finir en décembre 2009, reprend en janvier. Alalalala comme je suis déçue. Enfin entre cela et être caissière dans un supermarket mon choix est fait. Je reste ici à jouer au poisson rouge (bah oui qui tourne dans son bocal, bien moi je fais pareil autour des éoliennes).
Pour le moment on ne peut pas monter aux éoliennes car la neige c'est installée depuis une semaine ce qui limitent nos activités:
bureau, bureau, cours de grec.....
Ah si, quand le temps le permet nous allons à la feeding place, c'est un peu frais en ce moment mais c'est tellement bien de les voir se battre, se reproduire (et oui la saison des amours commence dès le mois de janvier) et de voir des piafs pour la première fois.
Pour ce qui est du trapping on devait finir début janvier Il restait deux vautours à capturer mais ils ne sont pas décidés à rentrer dans la cage. Dommage c'est fini pour cette année.

Pour la suite des activités, ici tant que la neige ici, le rythme est super cool. C'est pour cela que je me lance dans un projet personnel (je vous l'explique ou prochain numéro). Je suis en vacances du 13 au 21 février, ma Julie vient me rendre visite chez les grecs. Pour fêter cela on part 5 jours en Crête. Ça tombe bien il y a un Crétois à la Xani qui m'a fait tout un itinéraire de visite.
Voilou, je vous fais part de nouvelles photos aussi.
J'attends vos commentaires
A bientôt

Filakia


Posté par kat power à 10:31 - Commentaires [0]

30 novembre 2009

Aigle Royal

Youpi, encore une fois au dessus de nos têtes vol cet magnifique oiseau. Mais cette fois-ci la donne change car j'ai réussi à le reconnaitre toute seule. hihi c'est le métier qui rentre.

Aquila chrysaetos - Golden Eagle

Identification :
L'aigle royal est le roi des rapaces diurnes, l'appellation aigle doré lui vient de la couleur des plumes qui lui couvrent la nuque et l'occiput. Ses serres puissantes, ses ongles acérés lui permettent à la fois de se percher et de chasser des proies qu'il dépece de son bec crochu. Ses ailes larges, arrondies et une envergure de plus de 2 mètres font de lui un des plus grands rapaces du monde. Le plumage sombre uniforme avec des taches blanches aux ailes et à la base de la queue est semblable aux deux sexes.
Son acuité visuelle, 8 fois supérieure à celle de l'homme, lui permet de repérer ses proies très haut dans le ciel
En captivité, certains aigles ont vécu jusqu'à l'âge de 45 ans.

Mythologie Aigle royal - Symboles : Symbole de la victoire, les Assyriens, les Perses et les Romains le plaçaient, les ailes déployées, au dessus des étendards.
C'est parce que l'aigle s'élevait à des hauteurs considérables que les Romains en avaient fait l'oiseau de Jupiter et le considéraient comme messager des dieux.
Après la retraite de sa fille Hébé, Zeus descendit sur terre, pour chercher un autre échanson (sommelier), il se transforma en aigle, et c'est sous cette forme qu'il enleva Ganymède fille de Tros
Certains indiens d'Amérique ornaient Aigle royal leurs coiffes de guerres de plumes d'aigles. Pour les Aztèques, il représentait la course du soleil.

Chant :
Son extrait des CD 'Tous les Oiseaux d'Europe' avec l'aimable autorisation de Jean C. Roché - Atana
L' Aigle royal glapit, trompette. Généralement silencieux, il émet parfois des miaulements hié ou des aboiements proches de celui de la buse variable. kié

Habitat : Habitant de l'Europe, l'aigle royal est un rapace habituellement sédentaire qui vit dans les montagnes, les pentes avec éboulis mais aussi les milieux ouverts, tels que les plaines, tourbières, etc. Son territoire, peut s'étendre sur une surface de 90 km² sur une longueur de 250 km. Sa répartition en France couvre le massif alpin, les Pyrénées, le Massif Central, la bordure méditerranéenne et le Languedoc-Roussillon, la Corse.

Comportements : Les aigles chassent généralement en couple, plongent et volent à raz du sol pour surprendre leur proie, mais également Aigle royal plein vol où ils capturent de gros oiseaux comme des grues ou des oies.
Autrefois, les Tartares l'employaient avec succès pour chasser le lièvre, le renard, antilope et le loup. Comme il était trop lourd pour le porter sur le poing à la manière des fauconniers, ils le plaçaient sur le devant de leur selle et le moment venu, lançaient l'animal sur la proie.

Vol : Il sait parfaitement profiter des courants aériens pour planer sans efforts sur des kilomètres, les ailes légèrement coudées en V. Pendant la parade nuptiale, lors des Aigle royal jeux aériens, les oiseaux se poursuivent en décrivant une spirale ascendante pour finir en un piqué vertigineux.

Nidification : Son nid, appelé aire, est construit de branches et d'herbes au fond garni de mousse, dans une falaise inaccessible dominant la prairie ou sur des grands pins. Il mesure jusqu'à 2 m ou 3 m de diamètre avec une profondeur de 90 cm. Au fil des années et des réparations successives, il peut atteindre 2 m de haut. Les couples unis pour la vie peuvent avoir jusqu'à 5 aires, utilisées parfois sur plusieurs générations. Chaque année en mars-avril, la femelle pond 2 oeufs blanchâtres tachetés de brun, l'incubation durera 45 jours. Au début, seule la mère chassera pour nourrir les aiglons, rejointe ensuite par le mâle. L'aiglon restera au nid pendant environ 4 mois, il ne sera adulte qu'à l'âge de 4 à 6 ans.

Régime : L'aigle royal est capable de transporter jusqu'à 3,5 kg de nourriture qui se compose de lièvres, lapins, jeunes chamois, oiseaux, marmottes, oiseaux, reptiles, cadavres.

Protection / Menaces : Espèce considérée comme rare dans l'UE. Les causes de menace traditionnelles de cet aigle étaient: la chasse, l'empoisonnement, le piégeage, les dérangements dans les nids et les prélèvements d'oeufs. Quelques unes de ces menaces persistent actuellement. Longtemps considéré comme nuisible l'aigle royal n'est devenu protégé que dans les années 1970.  

Posté par kat power à 10:02 - - Commentaires [0]
27 novembre 2009

Aigle criard

Aquila clanga - Greater Spotted Eagle

Identification :
L'aigle criard est un rapace diurne au bec crochu et aux griffes puissantes et acérées. Il peut être confondu avec son cousin l'aigle pomarin. Les points de ressemblances sont si nombreux qu'ils rendent bien souvent son identification difficile. En effet, tout comme lui, il est entièrement brun-noir avec des reflets cuivrés. Autre élément de convergence, les sus-caudales peuvent être mêlées de blanc et les rémiges primaires sont noires à racine blanchâtre. Le bec est noir, la cire et les pattes jaunes, l'iris brun. Les facteurs de discrimination et de divergence sont finalement une question de spécialistes et d'acuité visuelle : élément principal, l'aigle pomarin est légèrement plus clair et plus petit. Si l'on rentre dans les détails, Aigle criard le critère le plus typique est visible en vol, avec un contraste différent visible dans le dessous des ailes : chez l'aigle criard, les couvertures sous-alaires sont plus sombres que les primaires.Chez l'aigle pomarin, les couvertures sous-alaires sont plus claires que les primaires. Il existe une forme de couleur beige clair dite 'fulvescens'. Elle se reproduit depuis la Pologne à l'est vers l'Asie Centrale.

Mythologie - Symboles : symbole de la victoire, les Assyriens, les Perses et les Romains le plaçaient, les ailes déployées, au dessus des étendards.
C'est parce que l'aigle s'élevait à des hauteurs considérables que les Romains en avaient fait l'oiseau de Jupiter et le considéraient comme messager des dieux.
Après la retraite de sa fille Hébé, Zeus descendit sur terre, pour chercher un autre échanson (sommelier), il se transforma en aigle, et c'est sous cette forme qu'il enleva Ganymède fille de Tros
Certains indiens d'Amérique ornaient leurs coiffes de guerres de plumes d'aigles. Pour les Aztèques, il représentait la course du soleil.

Chant : L' Aigle criard glapit, trompette. Ordinairement silencieux hors période de reproduction. Emet de petits jappements yak.

Habitat : L'aigle criard fréquente les boisements clairsemés, les forêts riveraines, les lacs, les marais et les salines. Ce choix est directement lié aux impératifs de nidification et aussi pour une large part aux nécessités Aigle criard de son alimentation.

Répartition : son aire de peuplement couvre l'Asie, la Chine, la Sibérie, la Perse, la Russie, la Finlande, la Pologne, la Hongrie. On le rencontre aussi en Grèce et dans les Balkans, en Italie et parfois en Camargue.

Comportements : L'aigle criard utilise plusieurs techniques de chasse. Le plus souvent, il le fait à partir d'un poste d'affût situé en bordure d'une rivière, d'un lac ou dans une zone ouverte. Cependant, il peut capturer ses proies à la suite de vols planés exploratoires. Il peut également chasser à pied des jeunes oiseaux d'eau encore inaptes au vol. Les aigles criards sont migrateurs : ils quittent les zones de reproduction de septembre à la fin d'octobre en direction du nord de l'Egypte, la Turquie, l'Irak, l' Inde et le sud de la Chine. Une partie est sédentaire dans le sud de l'Europe et autour du bassin méditerranéen. Les aigles criards regagnent leur quartier d'été à la mi-avril.

Autrefois, les Tartares l'employaient avec succès pour chasser le lièvre, le renard, l'antilope et le loup. Comme il était trop lourd pour le porter sur le poing à la manière des fauconniers, ils le plaçaient Aigle criard sur le devant de leur selle et le moment venu, lançaient l'animal sur la proie.

Vol : Vol à voile avec les ailes horizontales, les doigts légèrement ramenés vers l'avant. En vol battu, il bat rapidement des ailes.

Nidification : L'aigle criard niche dans les forêts à proximité d'un point d'eau. Il utilise un ancien nid de rapace ou bien il le construit lui-même à une hauteur comprise entre 8 et 12 mètres. En mai ou en juin, la femelle pond deux oeufs de couleur blanc-gris dont l'incubation dure jusqu'à 41 jours. La femelle commence à couver à partir du premier oeuf alors que le mâle prend en charge le ravitaillement. Les aiglons gardent le nid entre 60 et 65 jours.

Régime : Son menu se compose principalement de petits mammifères comme les campagnols, les rats, les sousliks, les hamsters et les taupes. La part des oiseaux dans son régime alimentaire est plus importante que chez l'aigle pomarin. Les poissons, les batraciens, les reptiles et les gros insectes jouent également un rôle significatif. En hiver il ne dédaigne pas les cadavres d'animaux.

Protection / Menaces : Espèce clairement menacée dans l'UE, où elle niche occasionnellement (0-2 couples). L'Aigle criard est très vulnérable à la présence humaine dans les sites de nidification et d'alimentation, car elle quitte les nids si les dérangements sont répétés. Les autres problèmes sont la disparition des habitats et la chasse.  

Posté par kat power à 09:45 - Commentaires [0]

Pygargue à queue blanche

Haliaeetus albicilla - White-tailed Eagle

Identification :
Aigle très corpulent et de grande taille, il a une silhouette massive caractérisée par une large envergure et une queue courte cunéiforme. L'ensemble du plumage est brun foncé sauf la tête et la base du cou légèrement plus clairs. Les oiseaux âgés ont la tête et le cou blancs. Les adultes ont la queue blanche. La moitié de la longueur des pattes est emplumée. La tête est large et le bec très massif. Les pattes et le bec sont jaunes.
Le juvénile est beaucoup plus foncé, gagnant progressivement le plumage adulte en 5 ou 6 ans. La queue et le bec sont foncés, et la queue présente une bande terminale foncée chez les sub-adultes, avant de blanchir.

Chant :
Son extrait des CD 'Tous les Oiseaux d'Europe' avec l'aimable autorisation de Jean C. Roché - Atana
Le pygargue à queue blanche se fait entendre surtout pendant la nidification, Pygargue à queue blanche les parades et la défense du territoire. Le mâle émet des cris puissants et rauques. La femelle a une voix plus grave.

Habitat : Espèce liée aux milieux aquatiques (côtes maritimes, grandes rivières, lacs, etc...), soit à l'intérieur des terres, soit au bord de mer. A l'intérieur, le pygargue à queue blanche se plaît au bord des lacs et des fleuves propices à la prédation, dans la toundra et dans la forêt. Sur les côtes, il fréquente les falaises rocheuses escarpées.

Distribution : Groenland, nord de l'Europe et de la Pygargue à queue blanche Sibérie. En dehors de l'ex-URSS, trois pays accueillent une forte population de pygargues à queue blanche : Norvège, ex-Allemagne de l'Est, Pologne.

Comportements : Cinq années sont nécessaires pour atteindre la maturité sexuelle.
Oiseau particulièrement discret en dehors de la période de reproduction. Il possède quasiment la même technique de chasse que les autres pygargues ou aigles pêcheurs, à la différence qu'il fait preuve d'endurance et est capable de poursuivre sa proie jusqu'à épuisement.
Les couples restent sur leur territoire à l'année, ou aux environs. Ils sont unis pour la vie et se reproduisent dans le même territoire chaque année. Au printemps, Pygargue à queue blanche les parades aériennes se déroulent au-dessus du territoire. Les deux partenaires volent à environ 200 mètres de hauteur, proches l'un de l'autre, et effectuent des figures, des piqués et simulent des attaques.
Pour se nourrir, le pygargue à queue blanche chasse, soit à l'affût, soit en volant assez bas, ou en décrivant des cercles en hauteur, afin de repérer ses proies.
Il pêche sur les eaux calmes qui lui permettent de voir les poissons. Quand une proie est repérée, il vole brièvement sur place, juste au-dessus, puis il la saisit au cours d'un vol rasant, en projetant rapidement ses serres dans l'eau. Lorsqu'un poisson Pygargue à queue blanche est trop lourd, il le tire jusqu'à la rive en battant des ailes.
Les oiseaux et les mammifères sont plutôt capturés par surprise. Il passe beaucoup de temps perché, sans bouger, sur un arbre, ou s'aventure en planant à travers son territoire.

Vol : Le pygargue à queue blanche a un vol lourd, avec des séries de battements peu profonds, intercalés de courts glissés. Il rappelle souvent le vautour en vol.

Nidification : Son nid, particulièrement volumineux, est construit soit au sommet d'un grand arbre soit à l'abri d'une falaise inaccessible. Chaque couple en a plusieurs qui sont utilisés à plusieurs reprises et pendant une période conséquente.
La femelle dépose 2 à 3 oeufs blancs, à intervalles de 2 à 5 jours. L'incubation dure environ 35 à 45 jours, assurée par les deux parents, mais surtout par la femelle qui Pygargue à queue blanche surveille les poussins en permanence pendant les premiers quinze jours qui suivent la naissance.
A quatre semaines, ils restent seuls au nid, tandis que les adultes chassent. Ils commencent à voler à l'âge de deux mois et demi, et restent aux alentours du nid pendant deux à trois semaines. Il leur faudra encore deux mois ou plus pour devenir indépendants.

Régime : Il prélève surtout le gibier d'eau : oies, foulques, canards etc... mais il est surtout friand de poissons. Il ne dédaigne pas les cadavres quand les temps sont durs et que la nécessité se fait sentir.

Protection / Menaces : Même si la population européenne semble amorcer une légère amélioration, la population dans l'Union Européenne ne dépasse pas les 600 couples. La chasse, les empoisonnements, la pollution des eaux, les prélèvements d'œufs et de poussins ainsi que la destruction et la disparition des zones humides, sont les principaux dangers qui la menacent.  

Posté par kat power à 09:44 - - Commentaires [0]

Hihi je suis super contente...

Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux,  il faut se satisfaire du nécessaire.... Question à 100 points, c'est dans quel dessin animé???

Bon dans tout les cas moi c'est ce que je fais. je suis ravie de découvrir des rapaces encore jamais vu et j'espère que c'est que le début.
Bref, mes deux dernières matinée à la feeding place ont été profitable. J'ai vu un Pygargue à queue blanche et un aigle criard.
Je suis contente de moi car après un sacré temps de recherche dans le guide ornitho, des photos prises dans la longue vue et confirmation des experts, je ne me suis pas trompée.

Et oui Stéphane, je connais pas bien les piafs mais j'apprends à les reconnaître. nianianiania. Viens ici c'est le paradis pour un ornithologiste.

Filakia

Posté par kat power à 09:42 - Commentaires [0]

Epervier d'Europe

Accipiter nisus - Eurasian Sparrowhawk

Identification :
Redoutable chasseur d'oiseau, l'épervier d'Europe est un rapace diurne des régions boisées. Ailes courtes, larges, arrondies et longue queue. Longues pattes jaunes. Mâle : dessus gris-bleu sombre. Joues et flancs roux-orangé. Parfois sourcil blanc. Tache blanchâtre sur la nuque. Femelle : plus grande que le mâle. Dessus gris-brun. Dessous strié blanchâtre. Sourcil plus marqué. Confusion possible avec : autour des palombes.

Chant :
Son extrait des CD 'Tous les Oiseaux d'Europe' avec l'aimable autorisation de Jean C. Roché - Atana
L' Épervier d'Europe glapit, piale, tiraille. L'épervier est assez silencieux. Il repousse les intrus par des cris très insistants. Pendant la période de reproduction, il émet des sons monosyllabiques plus doux et répétés.

Habitat : L'épervier d'Europe habite les bois, les forêts et les bosquets, Épervier d'Europe même près des habitations. On le rencontre parfois dans les grands parcs.

Comportements : On le voit survoler les lisières de forêts d'un vol caractérisé par des battements d'ailes rapides, entrecoupés de courts vols planés en arc de cercle. Il vole avec une trajectoire légèrement onduleuse très souvent près du sol pour surprendre ses proies.

Vol : Alternance entre vol rapide et longs glissés, les ailes à demi- repliées.

Nidification : Nid : c'est une assise en forme de coupe peu structurée, faite de brindilles cassées sur les arbres par les 2 géniteurs. Il peut être installé sur la fourche d'un arbre ou sur l'ancien nid d'une autre espèce. Il est construit en mars-début avril. Ponte : la femelle pond 4-6 oeufs à 2-3 jours d'intervalle en avril-mai. Ils sont arrondis et blancs, fortement marqués de rayures Épervier d'Europe et de mouchetures brun-rougeâtre. La femelle commence la couvaison au milieu de la période de ponte. Les jeunes naissent au bout de 5 semaines, soit au mois de juin. Ils sont élevés pendant deux semaines par la femelle, qui les nourrit de proies déplumées par le mâle. Ils acquièrent leur plumage définitif au bout de 4-5 semaines. Les parents les surveillent pendant encore 1 mois.

Régime : Il se nourrit essentiellement d'oiseaux jusqu'à la taille du geai.

Protection / Menaces : Sous-espèce endémique des îles Canaries et de l'archipel de Madère. Aux Canaries, la population est de l'ordre de 200 couples et en Madère, elle ne dépasse pas les 100 couples. Les problèmes principaux pour sa conservation sont la destruction ou modification de ses habitats, les prélèvements d'oeufs et le braconnage de quelques petites populations.  

Posté par kat power à 09:21 - - Commentaires [0]

Busard des roseaux

Circus aeruginosus - Western Marsh Harrier

Identification :
Le busard des roseaux, est le plus grand des quatre espèces qui habitent dans l'Union Euroéenne. Fine silhouette aux longues ailes coudées. Plumage brun sombre, manteau roux sombre. Le mâle a la queue et les ailes d'un gris cendré. Contrairement aux autres busards, son croupion n'est pas pâle. La femelle porte une calotte jaune.
Le mâle adulte a le dos brun, du roux sombre sur la tête et la nuque, les deux étant rayés de brun plus foncé. La gorge est foncée, la poitrine roussâtre et les parties inférieures sont châtain, intensément rayées de brun. La queue est gris argenté. Sur les ailes, la majorité des secondaires est gris bleuté, et quand l'aile est déployée, cette zone forme une vaste bande oblique qui traverse l'aile, contrastant Busard des roseaux avec le noir extrême des primaires et le reste du plumage brun. Les pattes sont jaunes et les tarses sont dépourvus de plumes, mais il porte une culotte rousse.
La femelle adulte a une couleur plus uniforme que le mâle, elle a la tête et la gorge de couleur crème, mais elle est moins rayée. Elle est un peu plus grande que le mâle.

Chant :
Son extrait des CD 'Tous les Oiseaux d'Europe' avec l'aimable autorisation de Jean C. Roché - Atana
Le busard des roseaux est très silencieux en dehors de la période de reproduction. Pendant la parade, le mâle émet de façon insistante un cri triste et aigu en vol. La femelle l'accompagne en criant "iiuu".

Habitat : Assez Busard des roseaux commun bien que localisé, le busard des roseaux niche dans les roselières des marais. Parfois en prairie, friches, marais ou bordures de lacs et grands cours d'eau.

Comportements : Le busard des roseaux choisit des proies faciles comme de jeunes oiseaux aquatiques, ou des oiseaux blessés ou malades. Il transporte invariablement ses proies dans les serres de la patte gauche, mais Busard des roseaux malgré sa taille, beaucoup de proies s'échappent.
Le busard des roseaux est sociable et dort en groupes dans des dortoirs.
Les vols nuptiaux comprennent des piqués et des remontées rapides, se terminant par une descente allant presque jusqu'à toucher le sol, ailes pliées et en criant fortement.
Le mâle alimente la femelle et les jeunes pendant l'incubation et l'élevage des poussins.

Vol : Vol lent, alterné de battements et de glissades. Bas et longs glissés d'exploration au dessus des champs avec quelques rares battements d'ailes. Il freine brusquement pour plonger sur sa proie.
Il vole à environ 50 km/heure, étant le plus rapide des busards malgré Busard des roseaux sa plus grande taille.

Nidification : La ponte a lieu durant les premiers jours d'avril, dans un nid construit par le couple. Deux ou trois semaines avant la ponte, le mâle apporte les matériaux que la femelle arrange et entrelace sur les roseaux. A l'approche du moment de la ponte, la femelle reste posée presque en permanence à proximité du nid. Pendant cette période, elle est nourrie par le mâle qui apporte une ou deux proies journalières, et suivant les jours, Busard des roseaux trois ou quatre prises.
La femelle dépose de 3 à 8 oeufs, à intervalles de deux ou trois jours, jusqu'à cinq jours. Les oeufs sont blanc bleuté, mats et souvent mouchetés de points foncés.
L'incubation dure environ 33 à 38 jours, au moins 36 jours pour chaque oeuf. Une grande différence de taille sépare les poussins entre l'aîné et le plus jeune, mais il n'existe aucune agressivité entre eux, et ils peuvent tous être élevés avec succès. Ils commencent à voler entre 35 et 40 jours.
Comme tous les jeunes busards, les jeunes au nid sont très agressifs à l'approche des intrus, se défendant avec les serres en avant, agitant les ailes et ouvrant le bec de façon menaçante. Les jeunes suivent les parents à partir de 55/60 jours, mais se Busard des roseaux nourrissent des proies apportées par les adultes.

Régime : Petits mammifères aquatiques ; jeunes poules d'eau, foulques et autres petits oiseaux d'eau ainsi que leurs oeufs ; grenouilles, couleuvres, insectes ; animaux malades, blessés ou morts.

Protection / Menaces : Ces dernières décades, le busard des roseaux a subi un net déclin. Les causes principales de cette régression sont multiples : la destruction des habitats à cause de la disparition des zones humides et du brûlage de la végétation palustre, ainsi que la chasse et la pollution.  

Posté par kat power à 09:18 - - Commentaires [0]

Un hôte à la maison

Il y a maintenant quelques semaines, nous avons eu un hôte à la xani, Un Busard des roseaux blessé. Il a été retrouvé près d'une rivière dans un village près d'ici. WWF recueille les oiseaux blessé avant de les envoyé dans un centre de soin en Bulgarie (mais pas facile de faire passer la frontière à un animal sauvage) ou à Athènes. Selon l'espèce il part en bus plus de 12 heures de voyage ou en avion 1 heure.
Il est resté 4 jours avant de partir (en bus pour lui) donc il a fallu le nourrir oulalala ... Je n'ai pas encore essayé, j'ai bien regardé et le prochain je le fait.

D'ailleurs il y a eu un autre oiseau deux jours après, un Épervier d'Europe mais malheureusement le stress, la blessure (et pour moi un trop gros morceau de viande) il est mort dans nos mains. Cela fait bizarre, je suis vraiment trop sensible.

ci joint les photos

Filakia

Posté par kat power à 09:14 - Commentaires [0]

Trapping Two

Oui, oui, je sais il c'est passé un sacré temps entre la première et la deuxième partie d'explication du trapping. Donc, voici la deuxième.

Après un moment d'attente au bureau plus ou moins long (de 30 min à 4h00) nous partons dans les espaces interdits du « parc naturel de Dadia ».... en 4x4. Je peux vous dire que ça remue velu.

Et nous voici arrivé à la trapping cage.

Oui mais c'est quoi cela, explication complète (et non épilation):

Tout d'abord Petro le garde forestier du parc se met en planque dans une p'tite tente à partir de 4H30 (environ) du matin. Si tôt, car il faut qu'il y soit avant les vautours et eux ils font pas trop la grasse mat (ça se saurait et serait plus simple pour moi, enfin). Dès que les vautours  moine qui nous intéressent sont dans la cage, Petro  là ferme (il y a un câble qui va de la cage à la tente qui lui permet de là fermer).

Maintenant la course commence, Petro téléphone au bureau (ou nous attendons de pied ferme ou entrain de s'endormir sur l'ordi), on saute dans les voitures c'est partie pour une séance de « jump » dans les chemins. Arrivé à la cage nous avons des grands cartons pour mettre les vautours qui nous intéressent. Moment pas facile il faut aller vite et faire attention car un vautour ça un bec et des serres de folie. Après les avoir mis dans les boites les autres vautours sont relâchés, super impressionnant de voir une p'tite dizaine d'oiseaux qui font 3 m d'envergure s'envoler à 5 m de soi.

Le matériel pour faire les analyses est installé dans la cage. Ah p'tite info manquante pour attirer les vautours il y a des carcasses mises à l'intérieur . Ça sent bon la ….. rose (Qui veut un os pour Noël?? dites le moi car ici il y a moyen de reconstituer un dinosaure vu tout ce qu'il y a).

Donc on lui scotche les pattes pour éviter tout soucis et après il est mesuré (pattes, bec, ailes....) pesé, prélèvement de sang, de son cloaque, des yeux ...enfin chek up complet. Il y en a qui se laisse faire et d'autre qui font des manières. Heureusement Petro est là pour tenir la bestiole car mine de crayon ça de la force.

Enfin on lui enlève son transmetteur (cela peut changer selon la période: lui en mettre un, mettre des bagues...) et il est relâché.

C'est un moment super impressionnant. J'ai de la chance de voir ses oiseaux qui sont si rare en Europe de « cyprès » (hihihi) et de pouvoir les toucher. Je suis ravie, sauf pour l'odeur Beurkkkkk.

Fouiner sur le blog pour trouver les photos.

Filakia

Posté par kat power à 08:19 - Commentaires [0]
Tags :
10 novembre 2009

La matinale

Καλιμερα, bonjour

Un p'tit message rapide ce matin, à 6h30. Mais qu'est ce qu'elle fait déjà à cette heure-ci sur son ordi???

Bah, ce qu'elle fait la fille elle attend un coup de fil (avec le reste de l'équipe WWF) d'un mec qui est planqué depuis 4h30 du mat dans une petite cabane pour capturer des vautours.
Aujourd'hui, est le jour que j'attends depuis un moment. C'est trapping c'est à dire la capture des vautours pour leur mettre des bagues, des télé transmetteurs ou les enlever.
Promis je vous envoie un mail après l'avoir fait, enfin pour le moment on attend.
φιλακια
κατριν

Posté par kat power à 06:45 - Commentaires [1]